fr.womenhealthsecret.com

Avant la Journée mondiale de la pneumonie (samedi 12 novembre), une étude publiée en ligne pour la première fois dans The Lancet fournit des estimations mondiales de la grippe saisonnière chez les enfants de moins de cinq ans et le fardeau résultant de la pneumonie liée à la grippe. Selon l’étude, les chercheurs estiment qu’environ 90 millions d’enfants contractent la grippe saisonnière dans le monde, ce qui se traduit par environ 1 million d’hospitalisations et près de 111 500 décès dus à la pneumonie, dont 99% dans les pays en développement.
Les chercheurs ne pouvant expliquer en détail le fardeau de la pneumonie chez les enfants en se fondant sur des estimations récentes de l’incidence mondiale de la pneumonie et de la mortalité liée au Streptococcus pneumoniae, au Haemophilus influenza type B et au virus respiratoire syncytial (VRS). le virus de la grippe, qui est lié à un nombre important mais inconnu d'hospitalisations chez les jeunes enfants dans le monde et peut être prévenu par la vaccination.
Dans les pays en développement, une grande quantité de données sur l'incidence et la mortalité liées à la pneumonie liée à la grippe demeure non publiée. Les auteurs, le Dr Harish Nair du Centre for Population Health Sciences de la faculté de médecine de l’Université d’Édimbourg, au Royaume-Uni, et son équipe mondiale ont donc décidé de créer un groupe international d’étude sur la grippe pour compléter leur analyse systématique de la littérature. provenant de pays à revenu élevé et de pays en développement avec des données non publiées disponibles.
En identifiant 43 études appropriées contenant des données sur environ 8 millions d'enfants, ils ont estimé qu'environ 90 millions de nouveaux cas de grippe étaient survenus chez des enfants de moins de 5 ans, ainsi que 20 millions de cas de pneumonie dus à la grippe. Cela représente environ 13% ou 1 cas sur 8 de toutes les pneumonies pédiatriques dans le monde.
Les chercheurs ont estimé à environ 1 million le nombre de cas de pneumonie grave liée à la grippe, ce qui représente 7% ou 1 cas sur 14 de tous les cas graves de pneumonie infantile dans le monde. D’autres estimations indiquent qu’en 2008, entre 28 000 et 111 500 enfants de moins de 5 ans sont décédés des suites d’une pneumonie liée à la grippe, 99% des décès étant survenus dans les pays en développement.
Les chercheurs ont découvert que, d’une année à l’autre, les taux d’incidence et de mortalité variaient considérablement d’un endroit à l’autre. Les données fournissant des estimations de l'incidence mondiale par type ou sous-type de grippe étaient insuffisantes, bien que l'on ait observé que le taux d'incidence de la grippe A était généralement plus élevé que celui de la grippe B.
Dans une déclaration finale, les auteurs disent:

"La grippe est le deuxième agent pathogène le plus fréquemment identifié chez les enfants présentant une infection aiguë des voies respiratoires inférieures (pneumonie) et contribue considérablement au fardeau de l’hospitalisation et de la mortalité chez les jeunes enfants. Nos estimations Le rapport devrait également aider les agences donatrices à définir des priorités de financement pour la mise au point et la mise en œuvre de nouveaux vaccins ou d'autres stratégies de prévention de la grippe. d’infections bactériennes secondaires) réduira considérablement les séquelles et la mortalité associées à cette maladie. "

Dans un commentaire lié, le Dr Maria Zambon de la Health Protection Agency à Londres a déclaré:
"Fait important, l’étude de Nair et ses collègues conclut que la plupart des cas de mortalité infantile surviennent en dehors des hôpitaux, avec des différences de 15 fois plus importantes entre pays en développement et pays développés. La plupart des enfants vivent dans les pays en développement." de la charge de morbidité élevée causée par la grippe dans les groupes d’âge les plus jeunes, même si les chiffres exacts sont obscurs. "

Elle ajoute la nécessité de définir des priorités pour les interventions sanitaires avec des preuves locales pour informer les décideurs, concluant:
"Des comparaisons solides et factuelles des interventions de santé, telles que des politiques de vaccination sélectives ou universelles entre différents pays et régions, sont essentielles pour aider les décideurs aux ressources limitées qui tentent d'obtenir le meilleur rendement au moindre coût."

Écrit par Petra Rattue
Top